OBJET DU MOIS

Le portrait d’Anne-Marie Gagnebin


Par Sevda Emekli, Anouchka Okhonin et Solène Thomas


Huile sur toile du XVIIIème siècle, ce portrait est entré dans les collections du Musée jurassien d’Art et d’Histoire en juin 1996, à la suite du legs de Madame Brandt. Représentée en buste et de trois- quarts, cette effigie figure Anne-Marie Gagnebin, née Sandoz, mère des célèbres naturalistes Abraham et Daniel Gagnebin. Malgré l’absence d’une signature ou de date de création, il n'apparaît pas impossible d’offrir une datation approximative à cette toile; la toilette d’Anne-Marie Gagnebin étant emblématique d’une période définie. Les ornements – bijoux et nœuds – sont caractéristiques du milieu du XVIIIème siècle. Ces quelques accessoires permettent ainsi de statuer que le portrait ne saurait être antérieur à cette époque. Ce postulat se voit étayé et confirmé par le modèle de la robe. Celle-ci étant informelle et « à l’anglaise », elle prend place sur le marché entre 1755 et 1775. Ainsi, ce portrait aurait été élaboré entre 1755 et 1760, à savoir la date de décès d’Anne-Marie Gagnebin.



Portrait d’Anne-Marie Gagnebin, entre 1755 et 1760 , huile sur toile, 64,3 x 100 cm, Musée Jurassien d’Art et d’Histoire,MJ.1996.6. (C) MJAH.