Un certain regard

Dernière mise à jour : 18 janv.

Jean-Pierre Molliet nous présente une plaque d'immatriculation


Pour moi, cette plaque représente le fait que la situation avait changé. Dans les jours qui ont suivi, on m’avait donné 48 heures pour me mettre en conformité avec la loi et la rendre, ce que je n’ai pas fait. On osait encore s’opposer aux autorités ! Pour moi, c’était tout un symbole de liberté. Et qu’est-ce qu’il y a de plus visible ? Ce sont les plaques de voiture. Je me souviens que le Jura a mis un certain temps pour en mettre de nouvelles en circulation. Les gens gueulaient, ils ne voulaient plus circuler avec des plaques bernoises. Je l’ai laissée une quinzaine de jours, pendant les festivités. Les policiers sont alors venus, je leur ai dit que je l’avais perdue.